Archives mensuelles : décembre 2013

zeroG_6

12 apprentis-reporters visitent l’airbus A300 zéro-G à Novespace !

Le 4 décembre dernier à Mérignac, 12 jeunes mérignacais, avec l’équipe de Côté sciences Air&espace, ont profité de la visite de l’airbus A300 zéro-G à Novespace pour s’improviser apprentis-reporters. Découvrez leur article et photos pour un petit aperçu de leur visite !

 

Ce mercredi 4 décembre, nous avons pu visiter l’A300 zéro-G à Novespace, Mérignac. Une visite très intéressante durant laquelle nous avons découvert l’histoire de cet avion si particulier, son utilité et son aménagement intérieur.

 

Un peu d’histoire…

Novespace est propriétaire de l’A300 zéro-G, le premier avion d’Airbus destiné au vol et non plus aux essais. Il a été créé dans les années 1960 et a reçu depuis de nombreuses modifications. Il est aujourd’hui utilisé comme « laboratoire volant » pour pouvoir réaliser des expériences en micropesanteur, ce qui permet aux scientifiques d’observer des phénomènes masqués par la gravité. Il est également utilisé pour des vols publics, destinés aux personnes voulant faire l’expérience « micropesanteur ».

Pour accéder à la micropesanteur, les pilotes réalisent des vols paraboliques. Ces derniers sont effectués à bord d’avions qui suivent un profil de vol alternant des manœuvres de montées et de descentes espacées de courts paliers et qui sont appelées paraboles, permettent chacune d’obtenir jusqu’à 22 secondes de pesanteur réduite ou d’apesanteur.

 

>>>>> Pour découvrir les légendes des photos, cliquez ici.

 

A l’intérieur du zéro-G…

Le zéro-G est divisé en 4 parties : à l’avant, il y a la cabine de pilotage où 3 pilotes se relaient pour ne pas trop se fatiguer. Juste derrière se trouvent les sièges pour les passagers au moment du décollage et de l’atterrissage, et en option pour ceux qui ne se sentent pas bien durant le vol. Ensuite, on rencontre la zone expérimentale de 100m² où les expériences sont réalisées. Elle est recouverte de tapis molletonnés au sol et sur tous les murs pour que les passagers ne se fassent pas mal au moment du retour à la pesanteur. Et à l’arrière, se trouvent d’autres sièges pour les passagers.

 

Solène